Actualité Africaine

Burkina Faso : le parti présidentiel remporte les élections municipales
Au Burkina Faso, selon des résultats provisoires globaux publiés mercredi soir, le parti du Président Roch Marc Christian Kaboré a remporté les élections municipales organisées dimanche. Les résultats définitifs seront prononcés par le Conseil d'Etat après la période de contentieux ouverte pour une semaine. Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, le parti présidentiel) a obtenu 11,167 conseillers élus sur 19,222 postes à pourvoir, arrivant loin devant l'Union pour le progrès et le changement (UPC) qui a remporté 3,051 sièges de conseillers, a proclamé la Commission électorale nationale indépendante (CENI). feedproxy.google.com | 5/26/16 9:30 PM
Burundi : un policier et un civil abattus
Au Burundi, des hommes armés non identifiés ont abattu un policier et un civil dans la province de Mwaro, dans le centre du pays. Le gouverneur de cette province a indiqué que l'attaque s'est produite, mardi 24 mai 2016, vers 17H20 GMT sur la colline de Fota, dans la commune de Ndava, ajoutant que quatre autres personnes ont été blessés par les assaillants qui ont aussi emporté la recette du jour d'un dépôt de bière. Outre le policier, le second homme abattu est le veilleur de nuit des locaux du parti CNDD-FDD. feedproxy.google.com | 5/26/16 9:00 PM
GRAND FORMAT. Des images inédites du Swinging London
Bob Dylan ou Chuck Berry, les Rolling Stones ou les Four Tops, tous sont passés devant l’objectif de Stanley Bielecki à Londres, au cours des effervescentes années 1960. De ces photos destinées à la presse musicale pour la jeunesse que les... tempsreel.nouvelobs.com | 5/26/16 3:24 PM
UNIKIN : conférence-débat sur « le processus d’intégration africaine à l’épreuve du terrorisme en Afrique »
L’UNIKIN a organisé une conférence-débat sur « le processus d’intégration africaine à l’épreuve du terrorisme en Afrique », en marge de la commémoration de la journée de l’Afrique célébrée chaque 25 mai. www.digitalcongo.net | 5/26/16 2:27 PM
"Guerre", "psychodrame" : la presse étrangère effarée par la crise française
Les journaux étrangers s'inquiètent de la radicalisation des opposants au projet de loi Travail en France. tempsreel.nouvelobs.com | 5/26/16 11:05 AM
Cameroun, 26 mai 1990- 26 mai 2016: Le Social Democratic Front 26 ans après

 

 

 

 

 

 

26 mai 1990- 26 mai 2016, déjà 26 ans comme le Social Democratic Front (SDF, ndlr) naissait sous le coup d'une marche historique noyée dans une violence policière indicible qui avait laissé sur les carreaux six morts et de nombreux blessés. Ni John Fru Ndi, son leader qui venait de perdre les primaires au sein du Rdpc en 1988, eut l'idée de regrouper des personnalités proches à lui et de mettre sur pied le SDF.

A partir de cet instant, l'information doit circuler de bouche à oreille dans toute la ville de Bamenda, des marches de lancement seront programmées. De nombreux Camerounais partiront des régions du Cameroun pour y prendre part. Les autorités locales à l'époque ont tout de suite compris que l'ère du monopartisme était révolue. C'est ainsi qu'il fallait prendre toutes les mesures nécessaires pour contrecarrer cette marche que le SDF qualifie depuis lors d'historique.

Le 26 mai 1990, la marche dite historique commence dans la ville de Bamenda, mais, la Commercial Avenue sera bloquée par les patrouilles mixtes formées des éléments de la compagnie de gendarmerie de la ville et de la 223ème compagnie de combat des forces armées.

Entre temps, les manifestants s'étaient rendu compte que les hommes en tenue portaient des armes non chargées…Les munitions des hommes de troupe se trouvant dans des camions stationnés en retrait de la scène.

" Les assaillants ont-ils tentés de s'emparer de l'arme du militaire ? "Oui", affirme un témoin de la scène ayant requis l'anonymat. "Le lieutenant s'est couché sur le sol pour protéger son arme sous la pression de la foule excitée. Il aura par la suite la clavicule cassée à la suite d'une pierre reçue à l'épaule", poursuit notre source. "Voyant sans doute le lieutenant en danger, un caporal de la 223ème compagnie de combat prendra sur lui de casser les caisses de munitions laissées dans les voitures et de les distribuer à ses camarades".

Les affrontements qui, selon notre témoin, durent moins de quinze minutes, laissent sur le carreau 6 personnes.(Juliette Sikot, Fidelis Chosi, Edwin Nfon, Mathias Tifuh, Christopher Asanji,Evaristus Toje)

Dans la soirée, un communiqué officiel signé de Henri Bandolo, alors ministre de l'Information et de la culture et lu sur les ondes du Poste national de la Crtv, fait bien état de six morts, mais des morts piétinés dans la bousculade. Un "black out" total est fait sur la relation des faits faite par la station provinciale locale." écrit Jean Francis Belibi du quotidien Mutation.

Quelques mois plus tard, l'Assemblée nationale du Cameroun se réunit au cours d'une session baptisé "session des libertés". Des textes de lois sont adoptés au rang desquels celui portant liberté d'association et de partis politiques au Cameroun. Ce que le peuple camerounais appelle de "Loi de 1990". Le multipartisme est réinstauré, 43 ans après avoir été supprimé. Vingt six ans après les événements de Bamenda, le Sdf se rappelle toujours de cette fameuse date du 26 mai 1990.

Commémorer désormais les martyrs du SDF

Le Front social démocrate (Sdf) de Ni John Fru Ndi avait défié l’autorité du sous-préfet de Bamenda 2e en érigeant, le 5 janvier 2009 dans le chef-lieu du Nord-Ouest, le panneau monument des martyrs en mémoire des Camerounais tués par l’armée nationale le 26 mai 1990 lors du lancement du Sdf. Le sous-préfet avait en effet refusé l’érection d’un tel monument. Dans la nuit de jeudi 8 à vendredi 9 janvier 2009, des individus non encore identifiés ont coupé et emporté le panneau sur lequel il était écrit : « Liberty square : in memory of the six who shed their blood for democracy in Cameroon, 26th may 1990 ». On se souvient qu’à l’implantation de ce monument, des militants du Sdf ont eu maille à partir avec le sous-préfet.

Pendant qu’ils s’apprêtaient à faire une prière en mémoire de leurs « illustres camarades disparus », le sous-préfet Jacques Dzutchumyin Nguamkam a surgi. Le chef de terre leur a intimé l’ordre de tout arrêter. Il exigeait non seulement la présentation de l’autorisation de ce « meeting », mais également celle de l’implantation de la plaque.

Ce parti jadis porteur d’espoir de changement , continue son bout de chemin , malgré quelques manquements enregistrés ici et là. L'on s’interroge toujours sur la capacité du SDF de faire encore rêver les camerounais.

Ses ratés politiques sont aujourd’hui sur toutes les lèvres au sein du SDF. Lorsque Paul Biya déclara la conférence nationale souveraine « sans objet », le leader du Sdf, proclama qu’il tiendra sa conférence à lui, « même sous un arbre ». Bien sûr, il ne la tiendra pas.

Plus grave, au sein même du Sdf, John Fru Ndi, le blindage de l’article 8.2 est devenu une sanction inéluctable pour tout militant récalcitrant

Que va-t-il se passer maintenant que la fronde au sein du plus grand parti de l’opposition camerounaise devient manifeste ?

Il est difficile de croire que Fru Ndi pourra être démocratiquement renversé en l’état actuel. Du Dr Kamdoum à Ben Muna, beaucoup se sont essayé à débarquer le chairman sans succès. Il reste à espérer que l’homme fera lui-même sa révolution interne, pour reconnaître que désormais, il est, selon le mot assassin d’un militant, « un homme du passé qui doit passer la main. » 26 ans après sa création, le SDF est encore sur le chemin ankylosé de la démocratie camerounaise.

Quelques pères fondateurs du SDF

Au départ, ils sont douze et constituent le Study group 89:

- John Fru Ndi, libraire à Bamenda,
- Siga Asanga, enseignant de littérature à l’Université de Yaoundé,
- Nyo’ Wakaï, magistrat hors hiérarchie, conseiller à la cour suprême,
- Vincent Feko, inspecteur des Impôts à Douala,
- Clément Ngwasiri, enseignant de droit à l’Université de Yaoundé,
- Albert Mukong, habitué de la contestation et des prisons politiques,
- Carlson Anyangwe, enseignant de droit à l’Université de Yaoundé,
- James Mba-Akhu Banga, homme d’affaires à Yaoundé,
- Aloysius Tebo, homme d’affaires à Yaoundé,
- Alfred Azefor, enseignant à l’Ecole normale, annexe de Bambili,
- Gemuh Akuchu et Tah Zacharias (qui quittera le groupe bientôt).
- Thomas Akumbo

Les douze se retrouvent pour la première fois le 11 novembre 1989 dans les locaux de la Presbyterian Church Center de Bamenda. Qui a convoqué la réunion? Albert Mukong, répondent certaines sources. L’initiative vient très vraisemblablement de John Fru Ndi, un laïc très engagé dans les activités de cette paroisse, et ami du révérend pasteur Gana, leur hôte du 11 novembre 1989.

Mais Albert Mukong et Vincent Feko sont membres d’un autre groupe, qui, à Douala, travaille au lancement d’un autre parti. Constitué de Yondo Black, Henriette Ekwe, Anicet Ekane, Kwa Moutomé, Charles René Djon Djon..., il n’entretient aucun rapport formel avec le Study group 89.

Mais l’arrestation de Yondo et ses camarades, en février 1990, semble avoir encouragé les membres du Study group à sauter le pas. En effet, il se réunissaient au départ pour élaborer un mémorandum à adresser aux Nations unies sur la question anglophone.

Le 17 février 1990, le Study group renonce à son projet de mémorandum et prend la résolution de lancer plutôt un parti politique. Ce sera chose faite le 26 mai 1990 à 14 h.


Hugues SEUMO

prisma.canalblog.com | 5/26/16 9:55 AM
Bataille des toilettes transgenres : 11 Etats face à l'administration Obama
Plusieurs Etats américains conservateurs accusent l'administration américaine d'"ingérence" après la publication de directives pour lutter contre la discrimination des personnes transgenres. tempsreel.nouvelobs.com | 5/26/16 6:41 AM
Economie, terrorisme, migrations : les enjeux du G7
Malgré l'absence de la Chine, les dirigeants du G7 entament ce jeudi un sommet crucial. tempsreel.nouvelobs.com | 5/26/16 4:59 AM